permettez moi de me présenter

Avec ma compagne, nous sommes les parents de deux grandes filles, je suis né le 20 mai 1963 à Dunkerque (Clinique du Chapeau rouge) à une encablure de la place Jean Bart. Collégien à Bourbourg, puis lycéen à Jean Bart, j’y obtiens mon Bac avant de rejoindre l’université de Lille III ou je fais des études d’histoire. Pour les financer, je passe mes mois d’été à Usinor Mardyck. Puis je deviens surveillant (pion) dans différents établissements du littoral dunkerquois, Lycée Angellier (Rosendaël), collège Van der Meersch (Cappelle-la-Grande) et lycée professionnel de l’Ile Jeanty (Dunkerque). Cette ville, Dunkerque, c’est ma ville. J’y suis bien et je l’aime profondément. J’y suis attaché « comme une moule à son rocher » me dit-on parfois…c’est absolument vrai.

J’obtiens ma licence d’histoire, puis ma maîtrise sur un sujet qui m’a passionné « Les chrétiens et la guerre du Golfe », j’enchaîne ensuite avec un DEA (Diplôme d’Etudes Approfondies) dont l’intitulé concernait « le Vatican, le Proche-Orient et le nouvel ordre mondial » et je me suis lancé dans ma thèse de doctorat sur une analyse comparative entre le pontificat de Paul VI et celui de Jean-Paul II concernant leur politique étrangère en direction du Proche-Orient. Mes nouvelles fonctions professionnelles après ma réussite au concours de Conseiller principal d’éducation, ne me permettent pas de terminer cette thèse. Je rentre alors au conseil régional Nord-Pas-de-Calais comme collaborateur d’élue (Françoise Dal) jusqu’en 2007 date à laquelle Christian Hutin, élu député m’appelle à ses côtés à l’Assemblée nationale comme attaché parlementaire, profession que j’exerce toujours actuellement.

Parallèlement à cela je continue de jouer au handball au sein de l’USD Handball (qui deviendra l’USDK). Je crée également une compagnie théâtrale avec l’ami Jean-Paul Rouve. Je suis passionné de cinéma, de théâtre et de culture en général. J’ai toujours été amateur de jazz et je participe à la vie du jazz­-club de Dunkerque aux côtés de Françoise et de Jean Devienne. Nous y recevons les plus grands noms du jazz français et européens. Ajoutons à cela la MJC Terre Neuve et le Studio 43 qui créa les Rencontres cinématographiques puis le Festival du film de Dunkerque il y a plus de 35 ans et auxquelles, avec de nombreux autres, je participe…c’est de là que date le début de cette magnifique histoire entre Dunkerque et le cinéma.

Mais la passion du militantisme et de la politique ne me lâche pas. Je croise un homme qui a une influence déterminante, Michel Grosset principal du collège Gaspard Malo qui me fait adhérer au parti socialiste, mais surtout grâce auquel je rencontre Jean-Pierre Chevènement dont l’amitié ne se dément pas depuis maintenant plus de trente ans.

Dès lors les combats s’enchainent à un rythme effréné ainsi que le travail. Je participe à la création du Mouvement des Citoyens en 1992 et à la campagne contre le Traité de Maastricht.

Vient la campagne présidentielle de Jean-Pierre Chevènement en 2002 qui me désigne délégué général des comités de soutien. La victoire du NON contre le TCE (Traité constitutionnel européen) m’a amené à parcourir toute la France. Ce choix a été volé au peuple français lorsque le traité de Lisbonne a été voté en 2008 par le Parlement. C’est, je pense, l’une des raisons profondes de la crise de confiance majeure entre les Français et leurs élus.

Localement, Michel Delebarre m’appelle à ses côtés pour figurer sur sa liste lors des municipales de 1995. Conseiller municipal, communautaire puis adjoint au maire. Il me confie les Relations internationales, les jumelages et le quartier de Rosendaël ou je réside depuis une vingtaine d’années.  Ce parcours m’amène à devenir conseiller régional Nord Pas de Calais aux côtés de Daniel Percheron de 2010 à 2015 où je travaille plus particulièrement sur les questions maritimes, de transports, industrielles et internationales. Ces différentes responsabilités m’ont amené à intervenir régulièrement au niveau national dans le débat public de différentes manières, (Le Figaro, Marianne…).

 

Je suis un homme engagé, depuis longtemps. Je ne tiens pas à céder à l’air du temps et je tiens encore moins à le cacher à mes concitoyens devant lesquels je me présente aujourd’hui. Ces engagements, ces combats je n’en ai aucune honte bien au contraire. Plus d’une fois l’histoire nous a donné raison et avec le recul et l’expérience je mesure que nos analyses étaient parfaitement justes, rigoureuses et toujours d’actualité. Si je devais me définir, je dirai que je suis d’abord un patriote républicain, attaché à la liberté à l’égalité, à la fraternité et à la laïcité. Je viens de cette histoire faite par ces femmes et ces hommes qui ont fait la République laïque, sociale, une et indivisible. Je me réfère à des hommes comme Jean Jaurès, Clemenceau, Mendès-France et le général de Gaulle.

 

Je sais qu’aujourd’hui notre pays est à la croisée des chemins, il s’interroge, il doute parfois de lui-même, de son avenir, de son destin. Mais tout comme je l’aime, j’aime ma ville, ses habitants, son histoire, notre histoire.

 

Je crois profondément à l’idée que nous avons un destin collectif. Que ce destin se fait tous ensemble, à égalité. C’est l’une des raisons pour lesquelles je suis un adversaire acharné des communautarismes de toutes sortes, des différentialismes. Citoyens d’abord, citoyens toujours. A Dunkerque, pour Dunkerque. Soyons à nouveau Dunkerquois!

Claude NICOLET

 

Restons en contact

Vous pouvez me suivre sur les réseaux sociaux